UTOPIE . USAGE DE LA MAIN

USAGE DE LA MAIN DANS LA PRATIQUE DU DESIGN, TERRITOIRE UTOPIQUE POSTMODERNE.

Université Bordeaux Montaigne
Master Design Interaction Innovation Service
2019 – 2021

Dès mes premières lectures, le terme « utopie » m’a semblé évocateur d’une pratique à mi-chemin entre la réalité et la fiction. En effet, aujourd’hui le design jongle avec le « substantiel » : les matières artificielles et naturelles, les moyens de production, les supports (matériels, digitaux…), les étapes de conception (esquisses, prototypages, production finale…) et « l’immatériel » : la pensée, la créativité et l’idéal du designer. Ce parcours libre permet de décloisonner les disciplines pour dessiner un territoire utopiste (qui a des idées utopiques) mais non utopique (car réalisable et concret).
Ici, ce que l’on souhaite entrevoir comme utopiste, c’est un travail porteur d’espoir qui projette des formes dans le monde d’aujourd’hui. Dès lors, l’utopie, ce serait un territoire idéaliste auquel aspirent ceux qui conçoivent : artistes, designers, architectes… Les designers utopiens sont ceux dont les créations permettent aux spectateurs-regardeurs-expérimentateurs-usagers, de demeurer dans un espace et de citer, dans le respect de la tradition civique et politique de la démocratie. Cet espace conçu répond aux usages et aux besoins concrets, mais il interroge également le regard et agit pour améliorer l’habitabilité du monde.

« Nous pourrions croire […] que la routine est abrutissante, qu’à faire sans cesse la même chose on s’étiole mentalement ; on pourrait assimiler routine et ennui. Rien de tel pour ceux qui cultivent des techniques manuelles.
Faire et refaire une chose est une pratique stimulante pour peu qu’elle soit organisée dans l’anticipation. La substance de la routine peut changer, métamorphoser, améliorer, mais la gratification émotionnelle réside dans l’expérience même de la répartition. »

Richard Sennett, Ce que sait la main.

REMERCIEMENTS :

Pour leur accompagnement et leur savoir.
Anne BEYAERT-GESLIN, ma directrice de recherche, pour le regard et les mots justes qu’elle a su porter à mon travail d’écriture.
Stéphanie CARDOSO, directrice du Master Design « Interaction, Innovation, Service, pour la
confiance qu’elle m’a accordée lors de mon intégration au sein de cette dernière année de master ainsi que son implication pour la réussite de chaque élève.
Pierre GARCIA, mon directeur de mémoire en première année de Master Arts plastiques mention « Recherche », qui a su nourrir mes réflexions et me rappeler que les remises en question sont parfois essentielles pour évoluer, grandir et progresser.

Pour leur engagement, leur générosité, leur partage et leur compassion.
Marie-Laure COLLET et Domitille SAVARD pour leur enseignement passionné des arts appliqués.
Bernard ALQUIER pour sa bienveillance et son savoir infini.
Pierre BAUMANN et Dominique CORBAL pour la richesse de leur enseignement et leur énergie.
Thomas FÉLIX pour sa vision transversale du design et sa motivation, tout particulièrement dans l’intérêt qu’il a porté à mon travail en m’accordant du temps précieux et en me réconciliant avec le design à un moment où je baissais les bras.

Pour les valeurs et la joie qu’ils me transmettent au quotidien.
Merci à mon père pour son amour du travail manuel.
Merci à ma mère pour son soutien sans faille.
Merci à Guillaume pour son enthousiasme et sa bonne humeur.
Merci à Léa pour ses relectures attentives.
Merci à Tom pour son énergie et ses idées farfelues.

ÉDITION :
Septembre 2021
2 exemplaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s